Dispositifs pyrotechniques :

Artifice de divertissement, différents systèmes pyrotechniques

La bombe (de feu d'artifice)

  • La bombe (de feu d'artifice) : il en existe plusieurs types : sphériques, cylindriques, simples ou à répétitions, elles peuvent être aériennes ou aquatiques.
    • La bombe sphérique, comme son nom l'indique, a la forme d'une sphère posée sur un cône tronqué renversé, qui contient la chasse pour la propulsion.
    • La bombe cylindrique a la forme d'un cylindre, lui aussi posé sur un cône tronqué qui contient la chasse.
    • La bombe simple ne comporte qu'un étage, alors que la bombe à répétition contient plusieurs étages séparés par des chasses (une chasse pour propulser chaque étage).
    • La bombe nautique comporte moins de chasse que la bombe aérienne puisqu'elle est réalisée pour tomber rapidement à l'eau et y exploser, contrairement aux bombes aériennes, qui sont fabriquées pour exploser en altitude. L'inclinaison du mortier doit être de 15° à 45° vers le plan d'eau, et, pour des raisons de sécurité, jamais en direction du public. Ce produit dit « ARP » (à risque particulier) ne peut être tiré que par des artificiers qualifiés.
    • Fonctionnement théorique :
  1. allumage de la mèche rapide ;
  2. allumage de la chasse par la mèche rapide ;
  3. propulsion de la bombe et allumage des espolettes ;
  4. allumage des effets et de la mèche rapide interne par les espolettes, la mèche rapide provoque l'allumage de la charge d'éclatement ;
  5. éclatement de l'artifice qui permet la dispersion des effets pyrotechniques.

Pour être tirées, les bombes sont insérées dans des tubes appelés mortiers (en fibre de verre, carton, plastique, acier) qui peuvent être rassemblés entre eux pour réaliser des batteries de mortiers.

L'allumage peut être manuel ou électrique. Seul l'allumage électrique permet d'obtenir le maximum de sécurité.

Le diamètre des bombes peut varier entre 20 mm et 1 200 mm, mais en France, les plus grosse bombes utilisées varient aux environs de 300 mm. Plus une bombe est grosse, plus elle doit exploser en altitude, pour étendre ses effets. Plus une bombe est grosse, plus les distances de sécurité sont importantes. On peut résumer ainsi : pour un diamètre de 75 mm par exemple, la bombe montera environ à 75 mètres et son diamètre d'éclatement sera de 75 mètres également, soit du 1 pour 1. Pour les distances de sécurité, elles sont obligatoirement indiquées sur les étiquettes des produits. Pour l'exemple d'une bombe de 75 mm, les distances de sécurité sont comprises entre 75 et 90 m suivant le poids de matière active contenue à l'intérieur.

La plus grosse bombe jamais tirée a été lancée au festival « Katakai-Matsuri », dans la ville de Katakai à Ojiva, au Japon. Elle s'appelait Yonshakudama et pesait 450 kg pour un diamètre de 1 200 mm. L'effet de la première bombe fut un filet d'or suivi de petites fleurs colorées. La seconde offrit de multiples bouquets à double changement de couleur.

La Chandelle

  • La chandelle : c'est un tube, généralement en carton, dans lequel des « bombettes » ou « comètes » sont insérées l'une au-dessus de l'autre. D'un diamètre variant de 10 à 75 mm, on peut y retrouver les effets équivalents à ceux des bombes. L'allumage du premier étage (celui qui se trouve au sommet du tube) provoque les allumages successifs des étages inférieurs d'une manière synchronisée et automatique. Le nombre de pièces d'artifices présentes dans le tube peut fortement varier en fonction du diamètre et de la hauteur du tube.
    • Fonctionnement théorique :
  1. allumage de la mèche lente ;
  2. allumage de la poudre de propulsion sous la première bourre, celle-ci allume l'espolette ;
  3. la bombette monte poussée par la bourre et est éjectée hors du tube ;
  4. la première espolette enflamme les effets et la mèche rapide qui va faire éclater la bombette ;
  5. pendant ce temps la mèche lente continue de se consumer et allume la poudre sous la deuxième bourre ;
  6. la deuxième espolette s'allume et le processus continue jusqu'à la dernière bombette.

Le compact

  • Le compact : c'est un assemblage de tubes (sorte d'assemblage mortiers) d'un diamètre variant de 15 mm à 150 mm (maximum en Chine). Le compact peut posséder la forme d'un losange, d'un carré ou d'un rectangle. Il peut comporter de huit à plusieurs centaines de tubes, chacun ne comportant qu'un coup. Ils partent automatiquement et d'une manière synchronisée après l'allumage du premier tube. Chaque tube contient, au fond, de la poudre qui sert de chasse, et au-dessus, une bombette, des comètes, des bombes. Les compacts peuvent être droits ou éventaillés en fonction des effets recherchés.
    • Fonctionnement théorique :
  1. après l'allumage de la mèche, celle-ci allume la chasse tout en allumant la bombette qui propulse l'artifice hors du tube ;
  2. la combustion se transmet de tube en tube. Chaque tube part l'un à la suite de l'autre.

La fusée

La fusée : elle se compose d'une tige stabilisatrice et d'un tube cylindrique contenant, à la base, la poudre pour la propulsion, et au sommet, la poudre avec les effets. Lorsque la combustion de la poudre de propulsion se termine, elle met le feu aux effets.

Le feu de Bengale

  • Le feu de Bengale : c’est un tube en carton ou en métal rempli d'une composition pyrotechnique ayant la propriéré de brûler qui produit un fort dégagement de lumière et de fumée.
 
Créez un site Web gratuit avec Yola.